BORDEAUX-PARIS: suite et fin!

Seconde journée: km 310 au km 472:

C'est après une courte mais réparatrice nuit que nous repartons pour Martizay afin de reprendre l'épreuve là où nous l'avons quittée.
Nous ne sommes pas nombreux à nous retrouver au départ. Nous avons même l'impression d'être les derniers!
Pas question de prendre le moindre ravitaillement, l'accueil est fermé et le portique de contrôle de passage est même démonté.

À peine sommes nous répartis qu'un véhicule de l'assistance nous emboîte le pas.
Il s'agit d'une voiture balai!
L'impression d'être les derniers sur la randonnée, à tord, nous effleure. Il est de plus pénible d'avoir ce véhicule qui nous colle aux basques!
Il nous suivra ainsi un bon moment avant qu'il accepte de nous lacher.

Il nous est difficile sur ce tronçon de rester groupés tous les cinq.
Le rythme, probablement trop rapide pour Patrick fait qu'il est souvent en arrière, juste devant la voiture balai.
Malgré les efforts d'Éric, Patrick ne recollera pas à notre groupe.

La prochaine étape est à Romorantin, Situé 93 km plus loin.
Ce tronçon est donc long et comme le rythme est rapide, nous n'imaginons pas retrouver Patrick avant la pause casse-croute.
Notre surprise est donc grande, c'est le moins qu'on puisse dire, de le voir dans nos roues 10 km avant le ravitaillement!
Un groupe qui roulait probablement plus régulièrement que nous lui a permis de nous rattraper!
Comme dans tous les groupes, le rythme fait débat! Nous n'échapperons pas à une explication sur le sujet, seul moyen de préserver la cohérence du groupe à l'avenir.

Sur ce tronçon nous roulons par moment avec un groupe de cyclistes bretons.
Ils n'ont visiblement pas les mêmes moyens que nous et pas moins de 2 véhicules d'assistance les accompagnent.
Nous ne roulerons jamais très longtemps avec eux. Leurs véhicules les suivant de près, ils s'arrêteront souvent pour profiter d'une assistance. 
Contrairement à nous, leurs véhicules, comme beaucoup d'autres, suivent la route des cyclistes et les dépannent à la demande. Pas cool!

 


à l'arrivée à Romorantin il fait chaud et nous sommes tous fatigués!

Il nous reste 70km pour rallier le dernier ravitaillement de cette seconde journée.
Cela suffira bien comme ça!
En fait, il était prévu qu'Eric accompagne Patrick, mais les douleurs dorsales et postérieures d'Eric font qu'il souhaite renégocier cet accord pour un repos même de quelques heures à Auneau, lieu du dernier ravitaillement avant St Quentin.
Patrick qui souhaite toujours ne pas faire d'arrêt reste sur son idée d'un retour direct dans la nuit.
Il reste donc ce dernier tronçon vers St Laurent pour trouver un terrain d'entente!

Ce dernier tronçon est pénible pour moi: J'ai une douleur au pied droit qui vient s'ajouter aux douleurs liées à l'assise sur ma selle depuis hier matin.
C'est donc avec un soulagement non dissimulé que nous arrivons à St Laurent.
Des ostéopathes y sont installés et nous aident à nous remettre en état Eric et moi.

Rien de nouveau concernant la décision de Patrick.
Eric trop fatigué et que les douleurs de l'assise et du dos gênent beaucoup n'ira pas plus loin pour ce soir.
C'est donc seul que Patrick repartira pour essayer de boucler son périple en deux jours!
En fait, il ne sera pas seul car nombre de cyclistes continuent.

Pour le reste du groupe, l'hôtel retenu par Lilyane est à Meug sur Loire, lieu prévu sur le parcours initial pour le ravitaillement.
Un changement de parcours imposé à l'organisateur fait que le ravitaillement est maintenant à Saint Laurent des Bois, au kilomètre 472.
Il nous faudra là aussi mettre les vélos sur les voitures pour nous y rendre.

Dernier jour: km 472 au km 621!

Nous sommes logés dans un hôtel confortable et malgré l'heure matinale de notre réveil (5h!) nous sommes en forme pour ce dernier morceau de bravoure.
De retour à St Laurent des Bois, nous y retrouvons d'autres cyclistes qui comme nous ont fait étape dans le coin, mais aussi les cyclosportifs de l'Ultra-Raid, partis le samedi matin de Bordeaux et qui ont fait la nuit sur leur vélo.

Le départ au petit matin est frais, la température à cette heure n'est pas très élevée et nous attendons avec impatience que le soleil daigne nous réchauffer un peu.
Les cyclistes étant assez nombreux, nous sommes rapidement associés à un groupe avec lequel nous roulons sans trop d'efforts.
Ce groupe, qui au départ marchait bien voit son effectif grossir au fil du temps et le rythme change et devient nerveux!
Beaucoup de cyclistes ont fait la nuit et ont du mal à tenir un cap et un rythme régulier.
J'en fais l'observation à Jean-Pierre, lui conseillant de garder ses distances.
Je ne me trompe pas hélas car quelque temps plus tard, un mouvement en tête de paquet provoque une chute de plusieurs cyclistes.
Pas trop de bobos semble-il, aussi nous repartons.
Pas pour longtemps en fait car à peine 500m plus loin un cycliste entraine un autre dans sa chute. Didier, juste devant lui  y échappera de peu.

Cela nous refroidi un peu et nous décidons de lever le pied et d'essayer de rouler au large de ces paquets où les risques semblent trop présents!

Dans ce précédent groupe nous rencontrons un cycliste handicapé d'une jambe et qui ne roule que de la jambe droite, la gauche restant fixe.
Bravo l'artiste car il est parti sur l'Ultra-raid et ne semble pas souffir plus que nous. Cela nous aide à relativiser et à supporter nos petites douleurs!


Auneau: km 563,  dernier ravitaillement avant l'arrivée!

 

Nous retrouvons nos 3 accompagnatrices pour la dernière fois avant l'arrivée.
Il nous reste une soixantaine de kilomètres pour rallier ST Quentin et le vélodrome, nous y seront en début d'après-midi!

Pour cette dernière partie nous devons passer par Dampierre en Yvelines et affronter la côte des 17 tournants, lieu mythique pour beaucoup de cyclistes!
A 25 km de l'arrivée Didier accélère le rythme. Ne pouvant pas suivre cette accélération, nous ne seront plus que trois pour accomplir les derniers kilomètres.
La pluie nous y rattrape histoire de pimenter un peu cette dernière étape!

Nous arrivons dans les faubourgs de Montigny le Bretonneux et ses longues lignes droites où les carrefours, sage décision de l'organisation, sont protégés par des signaleurs.
500m avant l'arche figurant l'arrivée Didier nous attend pour une arrivée collective.

La famille de Jean-Pierre et nos accompagnatrices sont là pour nous applaudir et mettre un peu d'ambiance.
Cette arrivée, à quelques centaines de mètres du vélodrome est un peu triste, et ne nous semble pas à la hauteur de l'événement!

Et Patrick?

Patrick malgrè ses douleurs à l'assise a rejoint l'arrivée à St Quentin vers 4heures du matin.
Il aura dû porter assistance à un cycliste âgé en difficulté et l'aura ainsi aidé à terminer son épreuve.
Bravo à lui!

Bilan:

La préparation n'aura pas été "un long fleuve tranquille".
Beaucoup de difficultés pour nos deux actifs pour trouver le temps d'aligner les kilomètres nécessaires.
Plus de 5000km depuis le début de l'année pour Didier et Jean-Pierre, un peu moins pour moi et beaucoup moins pour Eric et Patrick qui au final auront réussi leur challenge sans trop de souffrance.

Nous n'aurons pas réussi à nous mettre d'accord sur un objectif commun de durée, chacun avait ses raisons et contraintes!

Nous ne sommes pas arrivés à 5, mais était-ce simplement possible?
Participer à cette épreuve est en soit un challenge pour chacun de nous, et de ce côté, le succès est au Rendez-vous!

Et l'organisation?

globalement rien à redire!
- Juste un flèchage ltigieux au niveau d'un Rond-point pour un parcours de 620 km et probablement plusieurs centaines de panneaux indicateurs posés. Pas mal!
- Côté ravitaillement: si les quanitités étaient au Rendez-Vous, on pourra, en faisant la fin bouche, remarquer l'absence de variété de ce qui etait proposé.
Nous n'avons utilisé que marginalement ces ravitaillements, notre équipe d'accompagnatrices ayant largement pouvu nos piques-niques.
Nombre de cyclistes ayant choisi de rouler sans assistance se seront contentés de ce qui était proposé!
- L'organisation nous avait promis un maillot souvenir à l'arrivée eet nous avait même demandé notre taille.Hélas! à l'arrivée seule la taille "M" reste disponible.
Quand on connait la taille de Didier et d'Eric, on comprend leur déception!
Nous n'avons pas fait cette épreuve pour avoir un maillot, mais nous aimons tous retrouver ce genre de souvenir dans notre armoire de temps en temps.

Remerciements:

Nous ne remercierons jamais assez Lilyane, Isabelle et Monique, nos accompagnatrices.

Sans elles tout aurait été nettement plus difficile!

Elles auront bien assuré pour rejoindre les points de Rendez-Vous à temps et nous proposer des piques-niques copieux et agréables.
Trouver leur chemin sur les routes secondaires, non fléchées, qui leur étaient imposées ne fut pas simple non plus!
Bravo et encore merci à elles!

Diplomes:

Didier; Eric; Jean-Pierre; Marc; Patrick