Inspiration ou le clin d’œil de la femme d’un cycliste.

Il est un groupe d'hommes,
qui chaque dimanche matin
se retrouve plein d'entrain.
Que le soleil soit bien rond,
comme les roues d'un vélo
et qu'il déploie lui aussi ses rayons,
ou que la pluie soit fine,
même si le froid leur glacera les doigts,
si ce satané vent, ennemi des cyclistes
n'est pas trop puissant et les laisse tranquilles,
ils trouveront c'est sûr toujours une éclaircie
pour sortir en troupeau,
avec un grand sourire en guidon de vélo,
comme le fameux dicton du berger
« il y a toujours un rayon de soleil pour sortir ses brebis ! »
De coups de pédales en coups de pédales,
la région pour eux n'a plus aucun secret
tant ils arpentent avec courage, ténacité et envies
ces routes qui ne sont pas toujours très plates
et c'est tant mieux, pour eux !
Ils sillonnent la campagne qui leur offre parfois
de bien jolis tableaux, de très beaux paysages
changeant à chaque saison.
Une pause de temps en temps,
pour attendre quelqu'un mais sans en avoir l'air !
et pour se reposer eux-mêmes mais sans en avoir l'air !
tout ça en vérifiant bien sûr, la pression de leurs chambres à air.
Accrochés au bulletin météo,
quand vient le samedi soir, veille de la sortie,
tels des traders rivés sur l'écran des paris.
Les voilà, donc partis,
en étant bien certains qu’aujourd’hui
encore ils donneront le meilleur,
sur leur engins de toutes les couleurs,
casqués, chaussés, emmaillotés
comme des nouveaux nés
avec leur barboteuses
qui ne sont pas toujours flatteuses !
dans des teintes « tape à l’œil »
mais ce n'est pas par orgueil
uniquement pour leur sécurité,
la leçon a été bien apprise
« prendre du plaisir mais éviter le pire! »
Ils arrivent éreintés mais heureux !
et là est bien tout le but du jeu.
Transpirants, usés, et parfois même crasseux,
ils n'en oublient pas moins de se serrer la main
et de penser déjà à dimanche prochain.

Isabelle D.