BORDEAUX -PARIS: l'épreuve !

  C'est de bon matin que nous nous retrouvons tous: Didier, Eric, Jean-Pierre, Patrick et moi-même ainsi que nos trois accompagnatrices : Isabelle, Lilyane et Monique devant chez Patrick pour notre départ sur Bordeaux.

Retour en arrière:

Tout avait commencé il y avait quelques mois, suite à une idée qui avait germée  dans l'esprit d'Eric.

Drôle d'idée que Didier, Jean-Pierre et Patrick s'empressèrent d'accepter sans trop savoir où cela allait les entraîner!

Quant à moi, ayant toujours souhaité participer à cette épreuve, et ayant déjà l'expérience des épreuves de longue durée, je n'hésitais pas une minute. Pourtant, par la suite, des impondérables me feront douter de ma participation.

L'entraînement ne fut pas un long fleuve tranquille. Pas facile pour Eric et Patrick qui travaillent et n'ont que leur Week-end pour bouffer des kilomètres!

Autre débat, qui fùt difficile de trancher: si le choix de la formule de l'ultra rando était une évidence (parcours à effectuer entre 28 et 60 heures), il ne fut pas simple de nous accorder tous sur l'objectif: réaliser l'épreuve en 2 jours (48h maxi) ou en 2 jours et demi, en moins de 60 heures.

Cette formule, qui nous évitait de rouler de nuit avait notre préférence, à l'exception de Patrick restant sur son idée de la faire sur 2 jours.

Pour des raisons de logistique et aussi de sécurité, Eric se porte volontaire pour accompagner Patrick.  Nous nous séparerons donc en deux groupes: Eric & Patrick tenteront de rallier St Quentin en deux jours,  Didier, Jean-Pierre et moi-même sur deux jours et demi.

Bordeaux:

L'hotel que nous avait reservé Lilyane devait se trouver non loin du départ. Une modification de dernière minute imposée à l'organisateur nous contraindra à traverser la Garonne. Nous sommes maintenant à un bon quart d'heure de la ligne de départ. On ira en vélo, ce sera plus simple.

Pour l'heure nous cherchons à trouver cette fameuse ligne de départ où se trouve également la remise de nos dossards!

Le départ:

Le départ est donné à 6 heures. Pour avoir le temps de nous préparer sans stress nous arrivons vers 5h15. Les participants arrivent tranquillement.

Nous sommes loin ici de la fébrilité que l'on trouve sur certaines courses!

C'est parti!

Les premiers kilomètres sont très roulants. Nous traversons à allure soutenue la banlieue industrielle. L'organisateur a sécurisé la route sur toute la sortie de la ville. Bonne idée!

Bien que la circulation de ce vendredi matin soit très faible, les risques de chute dans ces paquets groupés de cyclistes sont toujours importants dans les premiers kilomètres.

Bien qu'en principe les véhicules accompagnateurs doivent emprunter des routes parallèles et ne pas encombrer le parcours, les véhicules d'assistance sont nombreux sur notre route et nous gènent parfois dans des passages difficiles. Certaines équipes se font assister à la demande, alors que nous nous faisons un devoir de respecter le règlement et les points ravitaillements.

La vitesse est parfois rapide et, à l'occasion d'un passage piéton surélevé, mon éclairage prendra sa liberté et me laissera sans possibilité de vraiment rouler de nuit.

Premier ravitaillement:

La roche Challais, au kilomètre 73 est le lieu de notre premier ravitaillement, où nous retrouvons nos accompagnatrices.

Patrick, qui n'a pas suivi notre rythme, arrive peu après, nous permettant de faire enfin la photo de groupe que l'absence de nos accompagnatrices sur la ligne de départ ne nous avait pas permis de réaliser.

A partir de maintenant, la route devient plus vallonné. Nous entrons dans la vallée de la Tude (Dordogne) et les montées se succèdent maintenant sans discontinuer.

La France est un pays magnifique, on le sait, et les paysages traversés sont vraiment un régal pour les yeux.

Après 153km nous arrivons à Montbron (Charentes) lieu de notre pique-nique.

Nos accompagnatrices nous ont dressé une des seules tables en dur disponibles. Compte-tenu de l'absence de variété des ravitaillements fournis par l'organisation, ce repas froid, copieux à souhait est le bienvenu!

Cette première partie est assez usante et Patrick, qui n'aime pas les changements de rythme perd le contact et arrive quelques minutes après nous. 

A la sortie de Montbron, nous attend une des rampes les plus longues de cette épreuve puisqu'elle fait 9 km. La pente n'est pas élevée mais au final fait quand même mal aux jambes.

La pluie, annoncée pour la fin de l'après-midi s'invite sur le circuit. Nous nous arrêtons en ordre dispersé pour mettre nos protections de pluie. Le rythme s'est bien accéléré et Eric perd le contact.

Le mauvais placement d'un panneau indicateur, ce sera le seul, envoie Eric sur la mauvaise route. L'Isle Jourdain, avant dernier arrêt de la journée pour nous, n'est pas loin et cette mauvaise route amènera néanmoins Eric au ravitaillement, mais avec un "bonus" de 5 km.

Le moins que l'on peut dire est qu'Eric, à l'arrivée ne goutte que modérément cet écart!

Martizay, km 310:

Il nous reste encore 80km pour rejoindre Martizay, point milieu de cette épreuve et synonyme de repos pour nous.

Ce dernier tronçon est globalement plat, mais nous réserve néanmoins quelques belles montées telle celle du magnifique village de Angle / Anglin qui mériterai bien une visite approfondie.

C'est vers 22h, à la nuit tombante, que nous arrivons, fatigués mais contents!

Notre hôtel étant à La Roche Posay, ville de cure et située à une bonne vingtaine de kilomètres,

Nous reprenons les voitures pour rejoindre notre lieu de repos.

Suite...